#chronique: The Curse de Marie Rutkoski

img_9867

 

 

Titre: The Curse

Auteure: Marie Rutkoski

Edition: Lumen

Lecture: en VF

Pages: 456

 

 

 

— RÉSUMÉ

Fille du plus célèbre général d’un empire conquérant, Kestrel n’a que deux choix devant elle : s’enrôler dans l’armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n’est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la  » malédiction du vainqueur  » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l’objet de sa convoitise.

Elle ignore encore qu’elle est loin, bien loin, d’avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l’esclave, Arin, et comprend qu’il n’est pas qui il paraît… Mais ce qu’elle soupçonne n’est qu’une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage.

Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l’imagination d’une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple !

 

— NOTE: 4,5/5

 

— CITATIONS

“N’est-ce pas là la magie des histoires : rendre vrai ce qui est faux et faux ce qui est vrai ?” — Marie Rutkoski

“The truth can deceive as well as a lie.” — Marie Rutkoski

“Arin smiled. It was a true smile, which let her know that all the others he had given her were not.” — Marie Rutkoski

“My soul is yours, » he said. « You know that it is.” — Marie Rutkoski

“Kestrel had bought a life, and loved it, and sold it.” — Marie Rutkoski

 

— AVIS

 

Et encore un YA parfaitement génial, un! Bon sang que j’aime la lecture!

Alors pour la petite histoire, il faut savoir que je n’avais pas DU TOUT prévu de lire The Curse maintenant. Mais après passage à tabac et chantage, j’ai fini par céder aux recommandations de Maëlis aka Les lectures de Dobby (aka une meuf démoniaque) et je dois dire que je suis plutôt archi contente d’avoir craqué. Mais ne lui dites pas, elle serait trop heureuse.

Bref, parlons de ce qui nous intéresse ici, à savoir ce petit chef d’oeuvre de Marie Rutkoski. J’ai absolument adoré l’univers créé par l’auteure que j’ai trouvé original et bien construit pour ma part. Les premiers chapitres nous aident vraiment à planter le décor et on parvient facilement à se faire une idée du monde et de la société dans lesquels on évolue grâce à l’écriture fluide de l’auteure. J’ai eu beaucoup de facilités à m’imaginer les différents lieux qu’elle a créé: les différences entre Valoriens et Herranis sont très claires et, du coup, j’ai pris vraiment beaucoup de plaisir à entrer dans l’histoire. Parce que oui, des descriptions sans prise de tête, précises et efficaces: ON ADORE.

En ce qui concerne l’intrigue, j’ai été tout simplement scotchée par la storyline de The Curse. J’ai trouvé ça très psychologique (personnellement, je surkiffe) et tous ces jeux de pouvoirs et de manipulations rendent l’histoire vraiment addictive et la trame super haletante. Malgré quelques longueurs vers le milieu du roman, de nombreux rebondissements permettent de nous tenir en haleine jusqu’à la fin et pour ne pas vous mentir, j’ai bondi dans ma voiture direction la librairie pour acheter le second tome à la seconde où j’ai posé mon livre.

Mais vous allez me dire: « Julie, viens-en aux faits. » Parce que c’est bien joli de tourner autour du pot mais il faut bien entendu que je vous avoue quelque chose. Et ce quelque chose est que j’ai craqué encore une fois: j’ai un nouveau bookboyfriend. Je vous présente Arin, dix-neuf ans, sexy comme jamais, un peu lunatique sur les bords, esclave et espion à ses heures perdues mais rolalala J’AIME J’AIME J’AIME. Et puis ce que j’aime surtout c’est sa relation avec Kestrel (dont j’adooooore l’esprit calculateur, il faut bien le dire). C’est tordu, complexe, ils se cherchent tout le temps, luttent contre leurs sentiments mais j’ai toujours été un peu maso et là, j’ai vraiment adoré les voir évoluer l’un avec l’autre. J’ai hâte de découvrir comment l’auteure va les développer par la suite.

En résumé, The Curse est un roman pleins de surprise, plutôt palpitant et vraiment prenant. Ce fantasy est très intense et a une trame intelligente et bien menée. Il s’agit d’un excellent premier tome annonçant une trilogie haute en couleur et clairement, je sens que je ne suis pas au bout de mes peines. Mon coeur va souffrir mais le jeu en vaut vraiment la chandelle!

Sur ce, je me replonge dans le tome 2!

 

Chronique du second tome: The Crime

 

8 réflexions sur “#chronique: The Curse de Marie Rutkoski

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s